Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TIESTOLIVE

Tiësto interview, 28 septembre 2011, "le 08 octobre je vais faire mieux qu'avant !"

m1fzxomagp8n medium

Tiësto à donné une interview "encore une...", il revient sur

le vinyl, son prochain grand concert à Los angeles, les

soucis lors de gros live avec des bléssés voire même des morts....

 

Version française

English lower

 

Je vous ai déjà interviewé en 2001 pour la couverture du

 "Mixer Magazine" et depuis lors, la popularité de la dance musique 

 en Amérique du Nord c'etait en quelque sorte effondré, avant un

meilleur retour plus récement. Que s'est-il passé et quel

est votre point de vue sur la situation?

Eh bien, pour moi il n'a jamais entièrement disparu.

J'ai été en Amérique du Nord depuis 2001 et chaque année ça a été formidable,

toujours des spectacles sold-out et de plus en plus grand. J'ai joué au Festival

Coachella  à deux reprises mais aussi à bien d'autres, comme Bonnaroo .

Mais je sais ce que vous dites, il n'a pas été diffusée à la radio et maintenant

ce style est un peu partout. Quand j'ai commencé ici,

une certaine quantité de gens connaissaient la Dance Musique, mais maintenant,

je suppose que tout le monde connait ce henre là

Évidemment, il ya eu un public de base qui n'a jamais disparu,

mais avez-vous remarqué l'élan durant ces

deux derniéres années ?

C'est un genre totalement mûr maintenant, comme il

est dans le reste du monde. C'est juste aussi grand que la musique

rock ou hip-hop - vous avez la dance commerciale, dance underground,

dance dubstep. C'est une scène très mature.

Dans la fin des années 90 il y avait 20 000 personnes, des raves

et pour un tas d'années vous avez été chanceux de trouver 500

personnes dans un entrepôt. Et ici, vous vous apprêtez à

jouer le plus grand concert pour un DJ unique jamais vue.

Ouais, à Los Angeles. C'est incroyable de voir que c'est devenu

tellement bon maintenant. C'est un spectacle solo Tiesto.

Nous avons une production particulière, car c'est un moment

dans l'histoire. Je ne peux pas dire exactement ce que c'est,

mais ça va être un spectacle vraiment spectaculaire.


Mieux que tout ce que j'ai fait auparavant.

 

 

Alors qu'est-ce que cela signifie pour une comme vous,

que vous êtes capable de faire venir 26000 personnes

 pour vous entendre jouer votre musique ?
C'est incroyable. Je n'ai jamais vraiment  penser comme ça,

mais c'est vraiment sympa, bien sûr. C'est un grand compliment.

Je ne prends jamais ce genre de choses pour acquis,

je suis très reconnaissant pour cela.

 

En 1997, l'industrie musicale a essayé de commercialiser

 les «rave» comme le «new grunge" et a échoué.

Mais maintenant c'est le R & B, hip-hop, pop et tous les sons

comme la dance Musique électronique.

  Que pensez-vous de combien d'autres genres ont absorbé

le son que vous avez joué pour la dernière décennie?
C'est complètement différent maintenant. À l'époque, la musique

de danse n'était pas prêt pour ce qui se passe maintenant.

  Il n'y avait pas assez de producteurs et DJs de sorte qu'il était très

underground encore. Maintenant, il est si accessible et si facile à

produire que tout le monde devient vraiment dedans.

Même les enfants de 16 ans sont dans  la production de grand son

musical. C'était du jamais vu dans les années 90.

Donc vous pensez qu'il est temps de s'éloigner du vinyle?
Totalement. Un vinyle était de 15 $ à l'époque. Maintenant,

vous pouvez télécharger plein de trucs librement, vous pouvez trouver

tout ce que vous voulez  sur l'Internet. Si vous ne voulez pas

payer, vous n'avez pas à le faire, c'est si accessible, une recherche

sur Google et vous l'avez gratuitement sur votre

ordinateur portable. Cela aide beaucoup, c' est plus populaire dans le monde.

Tout le monde pensait qu'à la mort du vinyle cela allait tuer la compétence

du DJing qui est enraciné dans le jeu réel de deux albums côte à côte.

Et ce que vous dites, c'est que la mort du vinyle à

ramené la dance Musique, au moins en Amérique du Nord,

et pour un retour dans l'existence?
Totalement. Parce qu'il n'y a rien de plus frustrant que quand vous entendez

une piste et vous ne pouvez jamais savoir ce qu'il est.

Il était très anonyme à l'époque, la dance musique

maintenant et là avec un vrais visage.

Pensez-vous que parce qu'elle est infiltrée si profondément

dans la musique populaire, que ce renouveau actuel va durer

beaucoup plus longtemps que la dernière?
Ouais. Je ne pense pas que vous pouvez vraiment appeler

cela une renaissance, car il n'a jamais été à ce niveau. Donc, il est passé

de vies souterraine à un genre de musique mature.

C'est ici pour toujours maintenant. Le style, les sons électroniques,

ils sont tellement chaud aujourd'hui et si énergique,

il n'ya aucun moyen d'échapper à cela.

 

Y at-il des inquiétudes au sujet d'avoir un tel grand spectacle,

après ce qui s'est passé au carnaval électrique Daisy?  

(Lors de la SEE 2010 à Los Angeles il ya eu 120 hospitalisations,

dont l'un est décédé plus tard).)
Bien sûr. Nous essayons de le rendre aussi sûr que possible

pour tout le monde. Je pense que le gouvernement et les habitants sont très,

très peur de ce truc. C'est beaucoup plus petits, aussi bien.

C'est seulement 26.000 personnes, et non 100 000 comme EDC.

C'était  tellement gros, que c'etait beaucoup plus difficile à contrôler.

J'ai été très chanceux parce que je n'ai jamais eu d'accidents

comme ça. En général, je pense que mon

public est un peu moins "raveur", ou plus responsable.

Ils boivent et ils s'amusent, mais ce n'est pas toujours comme ça.

Pensez-vous que la communauté de dance musique

est injustement ciblés? S'il ya un spectacle grand artiste

et si il y a un incident voir peut-être un mort, le genre entier

ne serait pas blâmé de la même manière ce qui

se passe avec la dance musique?
Ouais, la dance musique est définitivement plus hype quand

quelqu'un meurt. Mais il arrive à toutes sortes de spectacles.

C'est un peu injuste, je suis d'accord avec cela.

Je pense que la dance musique est tellement
plus que la culture de la drogue.

Les autorités nord-américaines ne semblent pas

comprendre la scène dans la façon dont les autorités européennes font.
Non, aucune chance. Mais ils vont l'obtenir, dans les

année à venir, je suppose.

 

Je sais que votre remix de "Piece of Me» est inclus dans 

le nouvel album remix de Britney Spears . Dites-moi un peu à ce sujet et

comment vous pensez de la musique électronique expérimentale

qui a été sur les enregistrements des dernières années a

contribué à faire de Britney ce genre dans le courant dominant.
Le remix de 'Piece of Me "Je l'ai remixé il y a quatre ans. Mais il sonne

toujours aussi bien, c'est un bon remix, je l'aime bien celui-là. La mélodie,

  là est vraiment spéciale. C'est drôle de voir qu'elle va le mettre sur

sa compilation mixée maintenant, mais il semble un peu hors du temps.

Je suis assez fier de cela.

J'ai récemment vient de terminer un remix pour Coldplay , trés bien aussi.
Mais c'est surtout un tout pour  Britney et Lady Gaga , qui les aides aussi,

tout comme David Guetta. Ils font de la sensibilisation pour la dance

et dans l'ensemble des Etats-Unis. Et beaucoup de gens commencent avec ce

genre de musique et puis ensuite vont voir ce qu'il se passe ailleurs

  Et puis ils viennent voir des gens comme moi ou

Diplo, Skrillex ou Deadmau5 .

 

English Version

I first interviewed you in 2001 for a Mixer magazine cover and

since then the popularity of electronic dance music in North America

kind of collapsed before recently surging back. What has that been like

from your perspective on the other side of the tables?
Well, for me it never really went away. I've been in North America

since 2001 and every year it's been great; always the shows were

sold-out and getting bigger. I played Coachella twice and other

festivals like Bonnaroo. But I know what you're saying, it wasn't

played on the radio and now it's just all over. When I started here,

a certain amount of people knew about dance music,

but now I guess everybody knows it.

Obviously there's been a core audience that never went away,

but have you noticed momentum-building in the last year or two?
It's a totally mature genre now, like it is in the rest of the world.

It's just as big as rock music or hip-hop -- you have commercial dance,

underground dance, dubstep dance. It's a very mature scene.

In the late '90s there used to be 20,000-person raves and

then for a bunch of years you were lucky to find 500 people

in a warehouse. And here you are about to play the biggest

single-DJ headliner show ever.
Yeah, in Los Angeles. It's amazing that it's become so good now.

It's a solo Tiesto show. We have a special production because

it's a moment in history. I can't say exactly what it is, but it's going

to be a really spectacular show. Better than anything I've ever done before.

So what does that mean to you as a person to realize that you're

able to get 26,000 people to come out to dance to the music you spin.
It's amazing. I never really think about it like that but it's really nice,

of course. It's a big compliment. I never take that stuff for granted;

I'm very grateful for that.

 

In 1997, the music industry tried to market "rave" as the

"new grunge" and failed. But now R&B, hip-hop and pop all sounds

like electronic dance music. What do you think about how other

genres have absorbed the sound that you've been playing for the past decade?
It's completely different now. Back then, dance music wasn't ready

for what is happening now. There were not enough producers

and DJs so it was very underground still. Now it's so accessible

and so easy to produce that everybody gets really into it. Even

16-year-old kids are producing [and DJing] great house music.

That was unheard of in the '90s.

So you think part of it is getting away from vinyl?
Totally. A vinyl was $15 back then. Now, you download stuff for free;

you can find anything you want on the Internet. If you don't want to pay,

you don't have to. It's so accessible, it's like, you like this track,

you Google it and you have it for free on your laptop.

That helps a lot, makes it more popular around the world.

Everybody thought the death of vinyl was going to kill the

skill of DJing which is rooted in the actual playing of two albums

side-by-side. And what you're saying is that the death of vinyl

actually is what brought dance music, at least in North America, back into existence?
Totally. Because there's nothing more frustrating than when you hear

a track and you can never find out what it is. It was very anonymous

back then, dance music, and now it has more face.

Do you think that because it is seeped so thoroughly into popular

music that this current revival is going to last a lot longer than the last one?
Yeah. I don't think you can really call it a revival because

it's never been at this level. So it went from straight underground

to a mature music genre. It's here forever now.

The style, the electronic sounds, they are so hot now and so energetic,

there's no way of escaping from that.

 

Are there any concerns about having such a big show after

what happened at Electric Daisy Carnival?

(At the 2010 EDC in L.A. there were 120 hospitalizations,

one of whom later died).)
Of course. We try to make it as safe as possible for everybody.

I think the government and locals are very, very scared of that stuff.

It's a lot smaller, as well. It's only 26,000 people, not 100,000 like EDC.

That's so big, it's a lot harder to control. I've been very lucky

because I never had accidents like that happen at my shows.

In general, I think my audience is a little less rave-y, or more responsible.

They drink and they have fun, but it's not like that.

Do you think that the dance music community is unfairly targeted?

If there's a big rock show and there's a couple incidents and

maybe a death, the whole genre wouldn't be blamed in

the same way that happens with dance music.
Yeah, definitely dance music has more hype when somebody dies.

But it happens at all kinds of shows. It's a little unfair, I have to agree

with that. I think that dance music is so much
more than the drug culture it's always dripped in.

North American authorities don't seem to understand

the scene in the way that the European authorities do.
No, no chance. But they will get it, in like a couple more years, I guess.

I know that your remix of 'Piece of Me' is on the new Britney Spears

remix record. Tell me a little bit about that and how you think

the experimental electronic music that's been on the last few

Britney records has helped push this genre into the mainstream.
The remix of 'Piece of Me' I did four years ago. But it still sounds

great, it's a great remix, I love that one. The melody I put in there is

really special. It's funny to see that they put it on her mix compilation now,

but it sounds kind of timeless. I'm pretty proud of that.

I recently just finished a remix for Coldplay, as well.

But the whole Britney thing and also Lady Gaga, it all helps

-- and David Guetta, as well. They make awareness for dance

music bigger in the U.S. And a lot of people start with that kind

of music and then go, "What other electronic arts are out there?"

And then they come to people like me or Diplo or Skrillex or Deadmau5

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :