TIESTOLIVE

The world of Tiësto, VER:WEST and Fans !

Tiësto interview pour mixmag en Français, " Les 6 premiers mois de 2012 seront different, moins de concert"

Publié le 7 Octobre 2011 par Tiëstolive in Tiësto interviews

tiesto club life tour

english version, clic here

 

French Version:

 

Tiësto, Mixmag # 1 DJ de tous les temps, ne se repose pas facilement même

avec des titres comme ça. Sa tournée College Life Club a été rugissant

à travers les universités américaines pour les deux dernières semaines

et climax ce week-end chez Home Depot Stadium, stade 26000 capacités,

avec l'événement considéré comme le plus grand our un dj seul.

Après une année folle incluant sa couverture

dans le magazine Billboard, avec un salaire annuel eye-popping

couramment déployées par les journalistes afin de démontrer le

tirage au sort toujours croissante de la musique de dance, Tiesto

a fallu du temps pour parler avec Mixmag sur son expérience du club

de carrière en mutation, les médias sociaux, et s'il vous

puissiez faire un album de techno minimale.


Vous jouez à 26.000 personnes ce week-end. Même après

avoir fait cela pendant tant d'années, qu'est ce qui vous passe par la tête

quand vous allez vous rendre sur la scène et de voir 26 000 personnes

en attente de vous voir?

Eh bien, il n'est jamais ennuyeux. Je l'ai vu plusieurs fois, mais

c'est toujours une nouvelle foule, et cela est une chose toute nouvelle

pour l'Amérique aussi. L'Amérique n'est pas utilisé pour DJs stades.

Ceci est la première. Il fait tout cela très excitant.


Comment est la foule actuellement durant votre tournée des collegues

et qui s'adresse spécifiquement aux étudiants des collèges américains?

La différence est qu'ils sont beaucoup plus fort, beaucoup plus

d'énergie et ouvert à tout ce que je joue. Ils sont superbement enthousiastes

au sujet de la musique et c'est inspirant.


Les fans parle de la transe avec des termes comme "épique"

ou de "grandeur musicalement ". Quels sont les sentiments ou les

émotions que vous essayez d'évoquer avec votre musique?

C'est juste la sensation de la vie  dans un club. Mais il peut

être en dehors aussi, bien sûr, mais c'est plus comme un ensemble

distinct, une manière de vivre. Les paroles, la mélodie, le rythme, l'énergie.

Il s'agit simplement de bonnes vibes.


Comment qualifieriez-vous l'approche d'ensemble entre un club et un stade?

Le club me donnerait plus de temps pour faire une approche plus douce

à la musique. Je peux avoir plus de patience, où pour un grand

spectacle(salon) extérieur je joue toujours deux heures, parfois

trois heures et je suis pour des airs plus grands. Mélodies plus

grandes, chants plus grands. Dans un club vous pouvez être plus intimes.


Votre musique a changé au fil des ans. Quels sont les

événements dans votre vie, personnels ou professionnels,

qui ont contribué à l'évolution de votre style

Beaucoup de choses en fait! Je sortais dans les clubs il ya quelques

années. Et quand j'étais là, j'ai entendu les DJs jouaient et ils jouaient

plus de tout. Ce n'était pas seulement un style de musique qu'ils ont joué,

ils ont joué toutes sortes. J'ai vraiment aimé cette approche, il est donc

mon objectif de devenir davantage semblables à moi-même.

Je ne veux pas dire une forme de dj ouvert - qui sonne bizarre - mais

pour obtenir d'autres trucs influencé par l'extérieur du monde de transe.

Chant plus indie, électro DJ, et la house music. Ce fut une grande révélation

pour moi et ma production a commencé à se tourner vers où je suis maintenant.


  Il y a t'il quelques chose qui vous a fait commencer à faire des productions

plus vocale ?baucoup plus de  musique avec du chant depuis quelques

années comparé aux années antérieurs.

Je pense que c'est juste important dans mes sets parce que j'aime

avoir des paroles dans mes jeux de nos jours. Mais j'ai aussi toujours

faire instrumentaux. «Work Hard, Play Hard», «Maximal Crazy '.

Donc, ces instrumentaux sont toujours là aussi.


Parlant de «Work Hard, Play Hard» et «maximale Crazy ', 

qui sont des titres qui encouragent ouvertement à la fête ,

  Comment aimez-vous faire la fête quand

vous n'êtes pas derrière les platines et au millieu de 26000 

personnes pour faire la fête?

Je serais au premier rang dans la foule! Je serais là avec eux,

sautant et hurlant et chantant.


Etes-vous encore capable de sortir et de voir d'autres DJ?

Ouais, si j'ai le temps. Si je peux, je vois aussi les DJs.

J'aime la dance musique, ja vais aussi dans des festivals, je suis toujours

en coulisses à regarder d'autres DJ. C'est ma partie préférée.

Vous rencontrer tout le monde, parler de musique, d'écouter à chaque

jeux les autres. Comme lors du electric Daisy festival, ou

Creamfields en Angleterre. Ils sont toujours quelques-uns des faits saillants

de l'année parce que vous rattraper les autres DJ qui jouent.


Vous vous avez mentionné comme mettre le chant dans la musique

parce qu'ils fonctionnent mieux dans votre set. Avez-vous des

plans pour aller plus loin et essayer de pénétrer le courant pop

américaine dans la façon dont quelqu'un comme David Guetta ?

Non! Je n'ai pas ce désir du tout, en fait. Je sens que je suis plus un DJ

souterraine par rapport à l'univers pop / grand public. Ma musique pour

certaines personnes est une musique de type commercial, mais en général

ce n'est pas la radio conviviale. J'aime où je suis. Je n'ai pas besoin d'être

dans cette arène plus de pavot, il ne remplit pas moi d'être honnête.

Je voudrais faire une grande piste et avoir des gens qui l' aime, mais

mais si c'est le numéro 1 ou dans les premiers 100 ou plus bas,

peu m'importe tant que quand je ne suis pas encore foutu il,

la réaction de la foule l'aime comme s'il était *1 pour eux


Vous êtes aussi underground que vous pouvez obtenir tout en

jouant à 26.000 personnes, je dirais.

Oui, exactement. Mais qu'est-ce que vous appelez ça?

Suis-je underground commerciale?


comment  d'aprés vous  la dance américainea t'elle

explosé dans le courant des dernières années? Électrique Daisy

Carnaval et les événements comme ça.
Qu'elle en  sont les facteurs? Vous avez joué devant des

foules immenses en Europe depuis des années.

Je pense que l'exposition entière à travers les médias sociaux a

beaucoup aidé. Trois ou quatre ans, les gens ne seraient pas vraiment

être exposés à la musique de danse ici. Tout ce qu'ils avaient entendu

des choses est la radio et MTV, MTV, mais ici seulement avait la télé-réalité.

C'est ce qu'on appelle «la musique de télévision!" Mais il a été toutes

ces conneries en réalité. Mais avec Facebook, et Twitter, et les autres au cours

des dernières années, il est plus facile de passer des choses autour.

Vous pouvez mettre en place une vidéo de la musique électronique que

vous aimez, et si vos amis l'aiment alors c'est un effet boule de neige.


Et il ya eu une telle segmentation des genres de dance.

 Y at-il un type spécifique de la musique électronique

à vos fans seraient surpris de savoir que vous écoutez?

Non, pas vraiment. Parce que tout ce que je  peux  tout jouer, de nos jours.

Même si j'aime une chanson dubstep. J'aimais un remix Skrillex de «cinéma»

par Benny Benassi, et j'ai adoré, donc chaque grand spectacle que j'ai

commencé à jouer dans mes sets toutes les chances que j'obtiendrais.

Ce n'était probablement pas les choses les plus excitantes pour les fans,

je pense, mais en général, si j'aime quelque chose d'électronique,

il se retrouve dans mes sets ou mon émission de radio.


Pensez-vous que votre base de fans serait fermé à l'idée de vous faire,

disons, un album minimal techno? Quelles restrictions sont venus

avec votre niveau de succès en termes de réaction de

l'auditoire à des risques que vous prenez?

Eh bien, je pense que je serais leur prouver que j'ai pris un risque

énorme avec l'album «Kaleidoscope '. Parce que quand cela a eu lieu,

quand il a été initialement publié, tout le monde a été choqué. Il n'était

pas un album trance, les gens ne pouvaient pas la placer, il n'y avait pas

la musique pop. C'était un album que beaucoup de gens ont dû s'habituer.

Et ce fut pour moi un tournant dans ma carrière qui m'a pris dans une

direction différente. Je voulais y jouer après sa commercialisation et les gens

ont adoré le style. Et il est de plus en plus aimé depuis ses deux dernières années.

J'ai été la production d'un grand nombre de nouvelles musiques

et de le jouer. Je me sens comme après 'Kaleidoscope », pour le prochain

album que je pouvais faire ce que je veux. Si je voulais sortir un disque

techno minimale et j'ai cru en moi-même qu'il avait l'air super

et qu'il pourrait en être un succès, je le ferais.


Mixmag lecteurs ont voté, vous le DJ n ° 1 de tous les temps.  

Vous avez été sur la couverture du magazine Billboard. Après tant

d'années de DJing, quel sens ces sortes de récompenses pour vous tenir plus?

Eh bien, c'est un beau compliment, vraiment. Ce n'est rien écrasante.

  C'est agréable, mais il ne s'agit pas de l'exagération, c'est de jouer

pour les gens et entendre une réponse, et c'est comme ça que se

sentent peu importe qui vous êtes. Vous pourriez être le plus petit

DJ dans le monde depuis dix ans mais encore vendre des clubs ou

des lieux. Qu'est-ce que le titre vaut vraiment la peine? C'est une

question de gens qui écoutent ma musique, ou les réactions que je reçois

de mon Twitter quand je joue, que signifie pour moi le plus.


Avant de jouer à cette foule énorme ce week-end, quel est votre

rituel de pré-show et ce qui est la première chose que vous

faites quand vous obtenez coulisses?

Mon avant-spectacle rituel est très courante. J'ai été la préparation

de mon jeu ces dernières semaines des tests sur des choses.

Pendant la journée, je vais écouter toutes les pistes et se faire une idée

de mon jeu, et environ une heure avant le spectacle je vais regarder les

autres DJ devant moi, peut-être avoir quelques boissons, de rencontrer

quelques personnes. Plus de temps de détente, je ne pense pas

beaucoup de choses avant le spectacle. Après le spectacle, c'est la même

chose. Je retourne au vestiaire et traîner un peu, penser à l'ensemble,

parler, rencontrer plus de gens, de rencontrer les promoteurs,

et ensuite rentrer chez eux. C'est très simple, en fait.


Que pensez-vous que vous allez faire quand cette visite se termine?

Quels sont vos projets pour 2012?

2012? Eh bien, je pense que les six premiers mois sera faire des

trucs différents. Je ne vais pas faire de nombreux concerts, juste une

paire de concerts dans des club ici et là pour rester en forme, mais en

général je vais me concentrer uniquement sur la production. Je veux faire

plus de musique au cours des semaines et d'explorer d'autres choses.

J'ai beaucoup de plans pour l'année prochaine, mais pas nécessairement le DJing.